Groupe Suisse des Amis du Molosse

contre la discrimination et la phobie canine
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  vidéovidéo  

Partagez | 
 

 le dogo canario

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
maestro
<~ il capo ~>

avatar

Masculin Nombre de messages : 4147
Age : 44
Localisation : svizzera
Date d'inscription : 02/10/2004

MessageSujet: le dogo canario   Dim 24 Oct - 0:14

Le Dogo Canario

Autre nom
Dogue des Canaries
Presa Canario

Origine
Espagne

Standard FCI N° 346

Aspect général
Chien de taille moyenne, au profil droit, d'aspect rustique et bien proportionné. C'est un mésoforme dont le tronc est plus long que sa hauteur au garrot, ce caractère longiligne étant légèrement plus accentué chez les femelles

Comportement et caractère
Son aspect donne une impression de puissance. Regard sévère. Particulièrement doué pour la garde et la défense et utilisé traditionnellement pour conduire les troupeaux de bovins. Il est d'un tempérament impétueux. C'est un lutteur habile, tendance qui apparaît par atavisme. Aboiement grave et profond.. C'est un compagnon doux et docile et méfiant envers des étrangers. Il était surtout utilisé par le passé comme chien de combat.


Tête et crâne
Tête : De type brachycéphale. Tendance cuboïde. Aspect massif. Le rapport crâne - région faciale est de 6 à 4. La dépression fronto-nasale n'est pas très accusée.
Crâne : Convexe dans le sens avant postérieur et transversal. Arcade zygomatique très marquée avec des muscles temporaux et masséters très développés. La dépression entre les sinus frontaux est accusée. La crête occipitale est peu marquée.

Région faciale
Museau : Moins long que le crâne, le museau représente normalement 40 % de la tête. Très large, il prolonge le crâne. Les lignes cranio-faciales sont droites ou légèrement convergentes.
Lèvres : Modérément épaisses et charnues. La lèvre supérieure est légèrement pendante et elle forme en conjonction , vue de face, un V renversé. La couleur des muqueuses est foncée, même si elles peuvent être aussi d'un ton rosé. Toutefois, c'est la couleur sombre qui est recherchée.
Mâchoires et dents : Dents à la base forte et généralement bien implantées. Du fait de son origine, un léger prognathisme est admis. Morsure typique de molosse. L'absence de prémolaire n'est pas pénalisée étant donné qu'il mord avec les incisives et les canines qui doivent être bien alignées et disposées. Les canines sont bien écartées. Le palais a des stries bien marquées de ton rosé.
Yeux : Légèrement ovales. Bien espacés. Paupières pigmentées de noir. La couleur des yeux va du noisette au brun sombre selon la couleur de la robe.
Oreilles : Elles sont par nature tombantes. Attache brusque, grandeur moyenne et base haute. Les plis sont généralement roses. Si elles sont coupées, elles doivent être dressées ou à demi dressées et avoir une forme triangulaire. Les chiens aux oreilles complètes concourent dans les mêmes conditions que ceux dont les oreilles ont été coupées.

Cou
Cylindrique, droit, massif et très musclé. Il est plutôt court. Sa peau est lâche sur la partie inférieure, contribuant à la formation d'un fanon moyen. Longueur moyenne : entre 18 y 20 cm.

Corps
Généralité : La longueur du tronc dépasse normalement la hauteur au garrot de 18 à 20 pour cent.
Dos : La ligne du dessus est droite, remontant légèrement vers la croupe. Cambrure apparente sur le dos, juste derrière le garrot.
Croupe : Droite, moyenne et large. La hauteur à la croupe est normalement 1,5 cm supérieure à la hauteur au garrot. Les flancs sont peu marqués, uniquement insinuants.
Poitrine : Large et de grande envergure aux muscles pectoraux bien marqués. Vu de face, elle doit descendre au moins jusqu'au coude. La cage thoracique doit généralement correspondre à la hauteur au garrot plus 30%, même si il est préférable de dépasser ce pourcentage. Côtes bien cerclées, de forme presque cylindrique.
Queue : Attachée, souple, épaisse à la base, elle s'amincit jusqu'au jarret. Au repos, elle présente une légère déviation sur le côté. Lorsque le chien est en action, elle se relève en forme de sabre, la pointe vers l'avant, sans s'enrouler.


Membres antérieurs
Généralités : Parfaitement d'aplomb, à l'ossature large et à la musculature puissante et visible.
Coudes : Ils ne doivent pas être trop serrés contre les côtes, ni trop en dehors.


Membres postérieurs
Généralités : Membres puissants, bien d'aplomb de face et de profil. Muscles longs très musclés. L'ossature est peu marquée.
Jarret : Bas, non coudés. La présence d'ergots peut supposer une pénalisation, mais ce n'est pas un motif de disqualification.

Pieds
Arrondis ou pieds de chat, compacts. Ongles solides, noirs ou blancs, en fonction de la couleur de la robe.

Robe
Caractéristiques de la robe : Tigrée dans toute sa gamme, allant des couleurs sombres très chaudes au gris neutre très clair ou au blond.
Couleur : Couleur fauve dans toute sa gamme, allant jusqu'à la couleur sable. Noir. Il peut parfois y avoir des tâches autour du cou (collier) ou à l'extrémité des membres (pieds), bien qu'il soit préférable que la présence de blanc soit la moindre possible.
Poil : Court sur tout le corps, généralement plus épais au garrot, dans la région de la gorge et sur le haut de la croupe. Sans duvet. Compact sur la queue. D'aspect rustique, son poil est un peu dur. En règle générale, le poil présente des tâches blanches plus ou moins grandes. Le masque est toujours de couleur sombre et il s'étend parfois jusqu'à hauteur des yeux.

Taille et poids
Hauteur au garrot : Pour les mâle de 61 à 66 cm et pour les femelle de 57 à 62 cm.
Poids : Poids moyen pour les mâles de 45 à 57 kg et pour les femelles de 40 à 50 kg.

Défauts
Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité.





./ LES PREMIERES TRACES \.
De nombreux écrits sont parvenus jusqu'à notre époque concernant un chien de prise canarien, mais la synthèse de ces écrits nous laisse perplexe quant à l'origine réelle de ce chien.
Ce qui est certain, c'est que la présence d'un chien de type molossoïde sur le sol Canarien est indiscutable. Un chien dit de grande taille a toujours existé dans l'Archipel. L'histoire de ses origines reste cependant assez floue. Le développement de l'homme à travers le monde a de tous temps été étroitement lié à la présence des chiens. Depuis l'ère de sédentarisation, c'est à dire depuis que l'homme a fixé son territoire afin d'y chasser et ensuite d'y semer et récolter des produits lui permettant de s'implanter dans un site, la compagnie des chiens s'est révélée capitale. Le chien avait alors la fonction principale de garde. Ainsi, les premières traces de canidés dans l'Archipel des Iles Canaries nous apprennent que ces derniers étaient enterrés avec leurs maîtres pour les protéger dans la mort. Leur rôle ne s'arrêtait cependant pas là : ces chiens de grande taille étaient engraissés pour leur consommation.
Il ne serait pas impossible, d'ailleurs, que le nom même de "Canaries" soit né de la racine "cani" ou "cana" dûe à la présence des chiens.
Le tempérament des chiens "originels" étaient alors certainement bien différend du caractère exigé de nos jours par les possesseurs de molosses. Il n'en reste pas moins un héritage génétique particulier différenciant chaque type et race de chiens.
Le chien primitif des Iles Canaries a évolué au cours des siècles et des invasions. Son emploi a de même régulièrement dévié : chien de garde, de troupeaux, de combat, de compagnie, etc... Mais les différents "re-trempages" subis ont tout de même eu pour effet d'influencer fortement le caractère du Dogo Canario actuel.
* *
./ LES PREMIERS "CHIEN DE PRISE" \.
Il ne faut pas confondre "chien de prise" -perro de presa en espagnol- et "chien de combat". La prise serait plutôt usitée pour décrire un chien de chasse, capable de tenir sa prise, cette fonction étant initialement une des premières du Presa.
En effet, au tout début du XVI ème siècle, on trouve de nombreuses traces écrites concernant un chien de prise de grande taille - à partir de là, il est très facile de faire le rapprochement avec le molosse employé les siècles précédents par les arborigène ; seul l'utilisation aurait évoluée, ainsi bien entendu que les aptitudes psychiques du Presa à la chasse.
A cette époque, des hordes de chiens sauvages incontrôlées battaient les campagnes Canariennes et décimaient les troupeaux -presque exclusivement porcins- On désigna alors un couple de Presa à qui il était laissé le soin de s'attaquer à ces chiens sauvages.
* * *
./ LES TEMPS DIFFICILES \.
Le siècle suivant aura des airs de fins de XX èm siècle pour le Presa Canario. En effet, une série d'arrêtés s'étalant sur une trentaine d'années visera à contrôler en premier lieu et finalement à éradiquer la race alors déjà établie depuis quelques siècles;
Il est impressionnant de remarquer comme certaines lois "d'un autre temps" ont semble-t-il inspiré quelques uns de nos contemporains :
En 1617, tout Presa doit être tenu attaché,
En 1618, en cas de non-respect du décret précédent, il est donné à toute personne la possibilité de tuer ce type de chien.
En 1630, une déclaration en justice est obligatoire pour tout propriétaire d'un Presa, et d'un seul, car depuis 1624, on ne peut en posséder qu' un !!!.
Enfin, en 1645, tout Presa n'étant pas employé à la garde de troupeaux doit être abattu.
* *
./ UNE PREMIERE RESURRECTION \.
Fort heureusement, quelques spécimens sont préservés; ceux ci vont subir deux "re-trempages" successifs.
L'arrivée sur les îles de colons Britannique va quelque peu modifier les habitudes des autochtones de Palma et ténériffe. Ainsi, on découvre les combats de chiens, introduits par ces colons et leurs terribles mastiffs (puissants et bagarreurs)-. Plus qu'une mode, le peuple s'enthousiasmera pour ce palpitant hobby pendant plus de trois siècles. Tous les habitants des îles de l'Archipel se lancent alors dans une course effrénée à la performance. Rapidement, le Presa est mélangé à ces mastiffs anglais. Puis à ce "bâtard", on va introduire du sang de BARDINO MAJORERO, un chien local de plus petite taille, fin, rustique, à la robe bringée et employé comme chien de berger en raison de son tempérament impétueux et courageux : le PRESA CANARIO est né.
Jusqu'en 1940, date à laquelle un décret interdit les combats de chiens, le PRESA moderne va évoluer pour ressembler fortement à ce que l'on connait aujourd'hui.
* *
./ RENOUVEAU et RECONNAISSANCE \.
A partir du décret de 1940, un désintérêt assez général s'empare du peuple Canarien pour leur chien de prise. Le nombre de sujets diminue fortement et l'arrivée sur les îles de nouveaux molosses va encore affaiblir le cheptel : certains éleveurs n'hésitent pas à faire reproduire leurs Presas avec dogues allemands, rottweillers ou mâtins de naples.
Dans les années 70, une prise de conscience va avoir lieu et certains éleveurs, à partir de spécimens préservés, vont s'attacher à produire des chiens de qualité. Le Presa devient alors un chien de compagnie et de garde.
Le Club espagnol du presa canario est créé en 1982 et est reconnu comme seul club officiel pour représenter et promouvoir la race en Espagne. En France, le seul club affilié par la Société Centrale Canine est le CAMILA ( Club des Amateurs de Molossoïdes Ibériques et Latino-Américains ).
En Juin 2001, après cinq siècles d'évolution, le Dogo Canario est reconnu par la Fédération Canine Internationale.


_________________


Dernière édition par le Jeu 15 Sep - 14:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stop-bsl.blogspot.com/
crystal
Invité
avatar


MessageSujet: Re: le dogo canario   Dim 24 Oct - 10:56

c'est hyper interessant.. c'est une race que je connais assez mal.. mais comme tous les chiens.. qui attise ma grande curiosité... niveau caractère comportement...
Revenir en haut Aller en bas
Jasef
nymphe molossoïdale
nymphe molossoïdale
avatar

Masculin Nombre de messages : 6
Age : 41
Localisation : Angers
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: le dogo canario   Jeu 17 Mai - 14:20

Ici quelques photos




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: le dogo canario   

Revenir en haut Aller en bas
 
le dogo canario
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le dogo, un vrai chien de chasse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Groupe Suisse des Amis du Molosse :: - :: les diverses races-
Sauter vers: