Groupe Suisse des Amis du Molosse

contre la discrimination et la phobie canine
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  vidéovidéo  

Partagez | 
 

 Le Cane Corso

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Carolina
Maître des Molosses III
Maître des Molosses III
avatar

Féminin Nombre de messages : 1357
Age : 34
Localisation : Chez les fous !!
Date d'inscription : 06/11/2004

MessageSujet: Le Cane Corso   Mar 9 Nov - 0:54

ORIGINE : Italie.

DATE DE PUBLICATION DU STANDARD D'ORIGINE EN VIGUEUR :

12.03.1999.

UTILISATION : Chien de garde, de défense, de police et de pistage.

CLASSIFICATION F.C.I.: Groupe 2 Chiens de type Pinscher et

Schnauzer, Molossoïdes et

Chiens de montagne et de

bouvier suisses.

Section 2.1 Molossoïdes, type Mastiff.

Sans épreuve de travail.

BREF APERÇU HISTORIQUE : Le Corso est le descendant direct de l'ancien molosse romain. Anciennement présent dans toute l'Italie, il s'est seulement maintenu dans les Pouilles et les régions limitrophes de cette province de l'Italie méridionale. Son nom dérive du latin « cohors » qui signifie « protecteur, gardien des fermes ».

ASPECT GENERAL : C'est un chien d'assez grand volume, solide et vigoureux tout en restant élégant. Ses contours nets révèlent des muscles puissants.

PROPORTIONS IMPORTANTES : Il est quelque peu plus long que haut. La longueur de la tête atteint 36% de la hauteur au garrot.

COMPORTEMENT / CARACTERE : Gardien de la propriété, de la famille et du bétail, on l'utilisait dans le passé pour surveiller le bétail et pour la chasse au gros gibier.

TETE : Large, typiquement molossoïde, avec une légère convergence des axes longitudinaux supérieurs du crâne et du chanfrein.

REGION CRANIENNE :

Crâne : Large, sa largeur au niveau des arcades zygomatiques est égale ou dépasse sa longueur. Sa partie antérieure convexe s'aplatit passablement du front jus qu'à l'occiput. On distingue un sillon frontal médian.

Stop : Marqué.

REGION FACIALE :

Truffe : Noire et volumineuse avec de grandes narines bien ouvertes. Elle se situe sur le même plan que le chanfrein.

Museau : Fort, carré, notablement plus court que le crâne, dans un rapport d'environ 1 à 2 ; la face antérieure du museau est plate ; ses faces latérales sont parallèles ; le museau est aussi large que long. De profil, le chanfrein est droit.

Lèvres : Les lèvres supérieures, modérément pendantes, recouvrent la mâchoire inférieure de sorte que ce sont elles qui déterminent le profil inférieur du museau.

Mâchoires/dents : Les mâchoires sont très larges et épaisses avec des branches mandibulaires courbes. La denture montre un léger prognathisme inférieur. L'articulé en pince est admis, mais pas recherché.

Yeux : Ils sont de grandeur moyenne, affleurant légèrement, approchant de la forme ovale et placés de face. Les paupières sont bien appliquées sur le globe oculaire. L'iris est le plus foncé possible selon la couleur de la robe. Le regard est vif et attentif.

Oreilles : Triangulaires, pendantes, larges à leur attache située très au dessus des arcades zygomatiques. Elles sont souvent raccourcies en triangle équilatéral.

COU : Robuste, musclé, aussi long que la tête.

CORPS : Il est un peu plus long que la hauteur au garrot. Le corps est solidement construit, sans être trapu.

Garrot : Prononcé, il est plus haut que la croupe.

Dos : Droit, très musclé et ferme.

Rein : Court et solide.

Croupe : Longue et large, légèrement oblique.

Poitrine : Thorax bien développé dans les tr ois dimensions. Il descend jusqu'à la hauteur du coude.

QUEUE : Attachée plutôt haut, très grosse à sa racine. On l'ampute à la quatrième vertèbre. Quand le chien est en action, elle se relève, mais jamais à la verticale ni enroulée.

MEMBRES

MEMBRES ANTERIEURS :

Epaule : Longue, oblique, très musclée.

Bras : Puissant.

Avant-bras : Droit et très robuste.

Carpe et métacarpe : Elastiques.

Pied antérieur : Pied de chat.

MEMBRES POSTERIEURS :

Cuisse : Longue, large ; la ligne postérieure de la cuisse est convexe.

Jambe : Sèche, pas charnue.

Jarret : Modérément angulé.

Métatarse : Large, nerveux.

Pied postérieur : Un peu moins compact que le pied antérieur.

ALLURES : Pas étendu, trot allongé ; l'allure préférée est le trot.

PEAU : Assez épaisse et plutôt bien plaquée sur les couches sousjacentes.

ROBE

POIL : Court, brillant et très serré avec une couche de sous-poil mince.

COULEUR : Noir, gris-plomb, gris-ardoise, gris clair, fauve clair ; rougecerf, fauve foncé ; bringé (raies sur fond fauve ou gris de différentes nuances). Les sujets fauves et bringés ont au museau un masque noir ou gris, qui ne doit pas dépasser la ligne des yeux. On admet une petite tache blanche sur le poitrail, sur la pointe des pieds et sur le chanfrein.

TAILLE ET POIDS :

Hauteur au garrot : Mâles de 64 à 68 cm,

Femelles de 60 à 64 cm.

Avec une tolérance de 2 cm en plus ou en moins.

Poids : Mâles de 45 à 50 kg,

Femelles de 40 à 45 kg.

DEFAUTS : Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité.

DEFAUTS GRAVES :

• Axes supérieurs du crâne et du chanfrein parallèles ou trop convergents ; convergence des faces latérales du museau.

• Dépigmentation partielle de la truffe (taches de ladre):

• Articulé en ciseaux ; prognathisme inférieur accentué.

• Queue dressée verticalement ou en anneau.

• Sujet, qui, au trot, va en permanence de l'amble.

• Taille supérieure ou inférieure aux limites indiquées.

DEFAUTS ELIMINATOIRES :

• Divergence des axes crânio-faciaux.

• Truffe totalement dépigmentée.

• Chanfrein concave ou convexe (de mouton).

• Prognathisme supérieur.

• Dépigmentation partielle ou totale des paupières ; yeux vairons ; strabisme.

• Anourie ou brachyourie (queue écourtée ou non).

• Poil semi-long, ras, avec des franges.

• Toutes les couleurs non prévues par le standard ; larges taches blanches.

N.B. : Les mâles doivent avoir deux testicules d'aspect normal complètement descendus dans le scrotum.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maestro
<~ il capo ~>

avatar

Masculin Nombre de messages : 4147
Age : 44
Localisation : svizzera
Date d'inscription : 02/10/2004

MessageSujet: Re: Le Cane Corso   Lun 14 Nov - 22:40

j'ajouterais...

L'HISTOIRE DU CANE CORSO


Son patronyme n'a rien à voir avec l'île de Beauté, la Corse, comme la sonorité « corso » pourrait le laisser imaginer. Chien de cour italien: telle est la traduction
de cane corso italiano, le nom d'origine de ce chien que l'on
appelle en France tout simplement cane corso, quand ce n'est pas cane tout court.

Ses origines

L'origine de son nom laisse la porte ouverte à plusieurs hypothèses: pour les uns, « corso » dérive de cohors qui, en latin au Moyen Âge signifiait « protecteur », alors que pour d'autres le terme évoque les cohortes romaines. Son nom pourrait aussi venir de coarse, qui signifie « rustique », « grossier », ou encore de corsiero, « coursier », en italien.

> DES ORIGINES ITALIENNES
Le cane corso compterait parmi ses ancêtres les Canes pugnaces et d'autres molosses qui accompagnaient les légions romaines. Originaire d'Italie, plus exactement des Pouilles, de la Lucanie, de la Sicile et de la Calabre, le cane est une race fort ancienne (son apparition remonte au XVI' siècle environ), qui est restée confinée dans le sud de l'Italie, au bord de l'Adriatique. Il était apprécié pour ses talents de chasseur (du sanglier au porc-épie en passant par le blaireau), mais aussi de gardien de ferme et de troupeaux.

> UN CHIEN DU SUD
Cela ne signifie pas que l'on ne croisait de1 cane que dans le Sud, mais ceux présent1 ailleurs comportaient de nettes différences notamment au niveau des angulations ou de1 types en tête: certains étaient très « boxérisés »
d'autres ressemblaient davantage à des mâtim napolitains. Selon Williams Guitton, qui se passionne pour la race, le Sud étant encore trè1 rural, le cane, chien d'utilité, a su garder sa place dans ces régions, contrairement au nord de l'Italie, beaucoup plus industrialisé. Il existait de sensibles différences entre les sujets suivant la famille à laquelle ils appartenaient e1 l'utilisation que l'on en faisait: chasse, garde bouvier... La première difficulté qui est apparue était de trouver des sujets purs et non croisés avec d'autres races (pastore maremmanc abruzzese, par exemple). L'idée des paysanséleveurs n'était pas de croiser les chiens avec tout ce qui bougeait, mais de les « calibrer» en fonction de leurs besoins. Parfois - c'est trè1 rare - on peut observer dans des nichées de1 éléments récessifs d'autres races. Il faut donc rester vigilant.

> UNE RACE « RECONSTRUITE »
C'est en 1973 que le p' Giovanni Bonatti a signalé la présence dans la région des Pouille d'un molosse « à poil court, différent du mâtin napolitain, semblable au mastiff, ressemblant au chien de Majorque ». En compagnie d'autres cynophiles passionnés, il lance alors un programme de sauvetage à partir de sujet
les plus représentatifs. C'est ce que certains nomment la « récupération » de la race, une race en cours de reconstruction, ou encore une race « reconstruite », comme tient à le souligner Williams Guitton. En 1974, le D' Paolo Breber rencontre cinq cane à l'exposition de Foggia: un couple noir provenant de Montella, une femelle noire (Mirak) et un mâle bringé provenant de Lucera, ainsi qu'un mâle gris (Aliot) venant d'Ortanova.

> UNE SÉRIE DE MARIAGES
Le D' Breber achète Mirak et fait part de sa découverte au p' Bonatti, qui lui confirme la typicité du chien. En septembre 1975, le D' Breber accouple Aliot et Mirak et, le 14 novembre 1975, naissent sept chiots: un noir (Dauno), un bringé et cinq gris. Le bringé est une femelle qu'il appelle Brina. Il l'accouple avec un mâle bringé nommé Picciut, appartenant à Armando Gentile, un berger de San Paolo di Civitate, et le 15 janvier de l'année suivante naissent dix chiots dont Tipsi, Alma et un mâle, Tappo. Malgré les 17 chiots nés entre 1975 et 1978, Stephano Gandolfi (président de la Société des amateurs de cane corso, SACC) et Luciano Malavari ne purent voir que cinq sujets, les autres ayant disparu avec les propriétaires. Mais ils réussirent tout de même à rapporter trois sujets à Mantova: Tipsi, Brina et Dauno, entre l'automne 1979 et le printemps 1980.
L'arrivée des trois cane suscita l'intérêt du P' Bonatti et du D' Giovanni Ventura, et ils commencèrent leur travail de récupération. Le mariage de Tipsi et Dauno se révéla le meilleur: sur les 18 chiots qu'eut Tipsi, on compte les fameux Basir et Bulan (Basir servit de référence pour le premier standard rédigé en 1987 par Antonio Morsiani et se révéla être un excellent étalon), ainsi que Barak, Alke (deux femelles) et Abab. Les mariages se succédèrent avec une intense méthode de consanguinité, et non pas par l'apport d'autres races, de façon à fixer un type homogène de chien.
Les mariages de Barak avec Aliot, puis avec Bulan, donnèrent treize chiots très homogènes, qui furent pratiquement tous employés dans la sélection. À noter également le mariage de Basir et Abab, dont les chiots furent confiés à Carlo Dani et qui servirent également au travail de reconstruction.
Le D' Breber maria Alke avec Picciotto, un mâle bringé appartenant à Armando Gentile; les chiots naissent en janvier 1983.
La reconnaissance de la race

En Italie, la reconnaissance de la race est relativement récente: son enregistrement par l'ENCI, l'équivalent de notre Société centrale canine (SCC), date de 1979, ce qui a permis d'ouvrir la voie avec l'inscription de quelque 60 cane corso sur un livre d'attente.
La SACC, présidée par Stefano Gandolfi, créée en 1983, a eu ensuite pour mission, entre autres, de différencier les cane corso dignes de ce nom des chiots issus de croisements divers entrepris pour regonfler les effectifs.

Une sélection rigoureuse

Cette sélection avait pour but de faire revivre la race, dont les effectifs s'étaient considérablement amenuisés, frôlant l'extinction. Un plan de sélection a donc été élaboré. Il était d'une grande rigueur et le cercle des sélectionneurs était très fermé: exportation de reproducteurs sous haute surveillance et retour des chiots en Italie! La reconnaissance par la Fédération cynologique internationale (FCI) interviendra en 1997.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stop-bsl.blogspot.com/
 
Le Cane Corso
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SAM cane pittore
» CORSO FLEURI
» Bonne vieille bécane.
» Quelle protection solaire pour une poussette canne?
» Quelle Poussette canne pour une "grande" de 3 ans

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Groupe Suisse des Amis du Molosse :: - :: les diverses races-
Sauter vers: